vendredi 7 juillet 2017

Turquie : le Parlement européen recommande la suspension des négociations d'adhésion.

Curieusement, cette nouvelle est passée quasiment inaperçue dans la presse francophone européenne mais ce jeudi 6 juillet 2017, le Parlement européen a adopté à une large majorité (477 pour, 64 contre, et 97 abstentions) le texte d'un rapport non contraignant préconisant la suspension des négociations d'adhésion avec la Turquie. En cause, la réforme constitutionnelle controversée voulue par le Président Erdogan et adoptée par référendum le 16 avril dernier avec une très courte majorité (à peine 51% ; ce qui n'a pas manqué de susciter des réclamations de la part de l'opposition qui dénonce des fraudes).

Ce rapport recommande aux 28 Etats membres de suspendre "sans délais" les négociations avec la Turquie. Outre la réforme constitutionnelle qui devrait entrée en vigueur après les législatives du 3 novembre prochain, l'UE s'inquiète également du recul des libertés individuelles, de la liberté de la presse, ainsi que l'Etat de droit. Presque un an après la tentative de coup d'Etat du 19 juillet 2016, 50 000 personnes ont été emprisonnées dans le cadre des purges menées par le régime, et plusieurs centaines de milliers de personnes ont subi des pressions, voir ont été carrément licenciées, en raison de liens supposés avec la confrérie de F. Gülen que R. T. Erdogan accuse d'être derrière les évènements du 19 juillet dernier. 

La Turquie n'a pas manqué de réagir par la voix de son ministre en charge des relations européennes, Omer Celik, lequel a déclaré que ce rapport avait pour but de saboter les relations entre l'Union européenne et la Turquie, dénonçant par la même occasion une "erreur historique", et précisant que Ankara le considérerait comme étant "nul et non avenu". 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire