vendredi 19 septembre 2014

Imam ... Calife ... Quelles différences ?

Une question que l'on me pose souvent concerne les différences entre les multiples "titres" que l'on retrouve au sein des religieux parmi les différents courants de l'Islam. 

J'ai donc décidé de consacrer quelques billets à cette problématique en commençant par un exposé sur la différence entre le Calife et la notion d'Imam. 

Alors avant toute chose, précisons d'emblée que le concept d'Imam n'a pas la même signification selon que l'on se réfère à l'islam chiite ou à l'islam sunnite. 

Dans la tradition sunnite, un Imam est une personne en charge de la prière au sein d'un groupe (une famille, un village, une communauté rurale, un quartier, une ville, ...). Dans ce cas-ci, l'Imam n'est par ailleurs pas forcément un religieux de carrière ! Par exemple : imaginons un village sans aucun religieux pour célébrer la prière. Dans ce cas, l'Imam - celui qui conduira la prière - sera désigné par la communauté au sein de ses propres membres. Il va de soi qu'en toute logique la charge de cette responsabilité incombe à la personne ayant les meilleures connaissances coraniques. 

Dans la tradition chiite, l'Imam est le leader politique et religieux de la communauté des croyants. Il concentre donc en sa personne l'ensemble des prérogatives inhérentes à la conduite du pouvoir temporel (ou séculaire) et du pouvoir spirituel. Sa science est directement n'est pas acquise : elle est directement inspirée par Dieu, il est son intermédiaire avec les hommes et possède en lui une part du divin dans la mesure ou il a été désigné par le créateur ; autant de particularités qui pour les sunnites soit dit en passant constituent des hérésies... 

Les chiites duodécimains (la majorité des croyants chiites - branche qui constitue par ailleurs la religion d'Etat en Iran) reconnaissent 12 Imam. Le 12ème, Muhammad Al-Mahdi est considéré comme le Messie pour les chiites duodécimains. En l'an 940 (ou 941 selon les sources), il aurait choisi de disparaître définitivement et de rompre tout contact avec l'humanité, initiant ainsi la période dite de "la grande occultation" (il existe aussi une période dite de "petite occultation" mais nous en reparlerons une autre fois). Ce faisant, il serait devenu immortel et vivrait caché de tous, attendant de réapparaître le moment venu pour apporter la justice divine à l'ensemble du genre humain. 

Bien que majoritaires, les duodécimains ne sont pas les seuls tenants du chiisme. Les zaïdites ne reconnaissent quant à eux que 5 Imams tandis que les Ismaéliens en reconnaissent 7. Nous évoquerons les différences entre ces différents courants dans un prochain post. 

Le fait de que l'Imam concentre en sa personne à la fois la totalité du pouvoir temporel et du pouvoir spirituel constitue la pierre angulaire de la théorie de l'Imamat qui elle-même est la fondation de la doctrine du Chiisme duodécimain.

Notons par ailleurs que selon les préceptes de cette théorie de l'Imamat, seul les descendants du Prophète peuvent être des Imams. Et pas n'importe quels descendants : le caractère héréditaire doit obligatoirement passer par Fatima, fille de Mahomet mais aussi et surtout épouse de Ali (lui-même cousin de Mahomet soit dit en passant ...), le premier Imam dont les premier chiites furent les partisans. 

Terminons cette introduction à la notion d'Imam en précisant que le successeur d'un Imam, outre les contraintes héréditaires devait avoir été désigné par voie testamentaire par l'Imam précédemment en fonction.

Et le Calife dans tout ça ? 

Le Calife est un titre désignant le leader politique de la communauté des croyant dans la tradition sunnite (mmhhhh ... "tradition sunnite" ... Cela sonne un peu comme un pléonasme - les arabisants comprendront ;-) ). Au sens littéral, "calife" signifie"successeur" en arabe. Le premier Calife fut  d'ailleurs Abou Baker, le premier leader de la communauté musulmane ayant succédé Mahomet. 

Il y a eu de multiples Califes au cours de l'histoire de l'Islam mais notons que l'histoire des Califes s'est ostensiblement compliquée à partir de la chute du Califat d'Egypte en 1516 suite à sa conquête par les Ottomans. Encore un point que je devrai vous exposer dans un futur proche ! 

Bref quoi qu'il en soit, il existe plusieurs différences entre un Calife et un Imam. 

Premièrement : les types de pouvoir qui lui incombent. 

Le Calife est avant tout - et en dépit de ce que l'on lit trop souvent - un leader politique et militaire. Son pouvoir est donc essentiellement temporel ! Cela ne veut pas dire qu'il n'exerce pas de fonction dans le domaine du spirituel : il pouvait bel et bien avoir son mot à dire sur les affaires de la foi mais il devait en partager les prérogatives avec une faction de la communauté des croyants : les Oulémas, autrement dit les "savants" au sens de "spécialistes des sciences religieuses". 

L'Imam quant à lui - dans la tradition chiite - est le seul à détenir à la fois l'ensemble du pouvoir séculaire et spirituel (Bien entendu la situation est différente en période de grande occultation... On y reviendra ;-) ). 

Deuxièmement : le mode de désignation/succession. 

Le Calife est désigné par consensus au sein des leaders de la communauté des croyants possédant une grande expertise coranique  (oui je sais, c'est vague et cela constitue la porte ouverte à toutes sortes de petits arrangements politiques ... C'est d'ailleurs bien cela - notamment - que les chiites reprochent au sunnites ; en suivant la lignée héréditaire, c'est quand même plus simple selon eux).

En ce qui concerne la succession de l'Imam dans le chiisme, voir les explications situées précédemment dans le texte. 

Vous l'aurez compris : un Calife et un Imam sont donc bien des leaders mais avec des prérogatives différentes. Par ailleurs, ces différences en terme de pouvoir et de procédure de succession se trouvent à la base de la fracture au sein de la communauté des croyants entre sunnites et chiites. 

Enfin, notez que Ali fut le 4ème Calife et le 1er Imam (vous me suivez toujours ;-) ?) et que c'est à son époque qu'est apparue cette fracture évoquée au paragraphe précédent. Comment ? Ha mais ça ... C'est une autre histoire ;-). 

1 commentaire:

  1. Merci! Je viens de lire le livre de Gilbert Sinoué "Le sabre d'Allah" et je dois avouer que je m'y perdais pas mal entre les différentes souches de l'Islam, entre toutes ces guerres et toutes ces titres. Votre publication m'a bien aidé. Pour les titres au moins

    RépondreSupprimer