Rechercher sur Chroniques Persanes

Chargement...

lundi 31 octobre 2011

Les exportations iraniennes en hausse

L'agence officielle Mehr News annonce que les exportations iraniennes de produits non pétroliers ont fortement augmenté au cours du premier semestre de l'année iranienne (qui a commence le 21 mars), accusant une hausse de 35% par rapport à la même période l'année précédente pour atteindre aujourd'hui les 24 milliards de dollars.

Ces chiffres sont cependant à relativiser, les produits du secteur énergétique, point fort de l'économie iranienne, n'en étant pas totalement absents. Les produits issus de l'activité gazière sont en effet comptabilisés dans ces estimations, qui doivent être revues à la baisse dès lors que l'on reconsidère les chiffres pour réajuster les estimations. Ce nouveau calcul met en évidence une augmentation de 23,6%, le montant des exportations iraniennes étant passé de 14,8 à 18,4 milliards de dollars. 

Là encore il faut relativiser : les produits issus de l'industrie chimique dont beaucoup découlent, soit directement, soit indirectement, du secteur énergétique, ne sont en effet pas exclus de ces estimations. Hormis ces secteurs d'activité, les exportations iraniennes se composent essentiellement de pistaches, de fruits et de tapis ... 

Dans le même temps, les médias iraniens insistent sur la diminution des importations du pays, la promotion de l'auto-suffisance face aux sanctions internationales étant considérée comme un moyen d'illustrer de leur inefficacité. Aussi selon les estimations des instances iraniennes compétentes en la matière, les importations du pays auraient diminuées de 24% au cours de ces 6 derniers mois. 

Il est par ailleurs intéressant de constater que les 4 principales destinations des exportations iraniennes sont respectivement : 

1) La Chine, également principal importateur du pétrole iranien, devant le Japon.
2) L'Irak, dont la majeure partie des importations proviennent d'Iran. 
3) Les Emirats arabe unis, plaque tournante du commerce régional où la communauté iranienne est fortement implanté.
4) L'Inde, qui ne cache pas son intérêt pour le pétrole mais également le gaz iranien au travers de différents projets.