Rechercher sur Chroniques Persanes

Chargement...

mercredi 9 novembre 2011

Israël a-t-il les moyens d'attaquer l'Iran ?


C'est une question qui revient dès que le dossier nucléaire iranien réoccupe le devant de la scène : Israël a-t-il les moyens d'attaquer l'Iran, pays ? 

Selon la doctrine Begin (du nom de l'ancien premier ministre israélien), l'Etat hébreu se doit, afin de garantir sa sécurité, d'empêcher tout autre Etat du Moyen-Orient d'acquérir des armes de destruction massive. Pour ce faire, Israël peut avoir recours à la force, y compris de manière unilatérale, afin d'effectuer des frappes préventives contre toute menace potentielle. C'est en vertu de cette doctrine qu'Israël a détruit la centrale d'Osirak en 1981 ainsi qu'un site supposé nucléaire en Syrie en 2007. C'est également au nom de cette doctrine qu'Israël pourrait lancer un raid contre la république islamique. Mais en a-t-il les moyens ?

Cette question peut-être analysée sous l'angle des "moyens militaires" mais se doit d'être remise en perspective au regard de "l'intérêt politique". Les moyens militaires renvoient à des considérations strictement matérielles tandis que l'intérêt politique aborde le problème de manière plus large puisqu'il sous-entend une analyse "coûts-bénéfices" de la frappe et de ses répercutions. Penchons-nous tout d'abord sur les moyens militaires à la disposition de Tsahal. 

L'Iran n'est pas limitrophe de l'Iran, la distance minimale entre les deux Etats est d'approximativement 1500 km et les sites nucléaires iraniens sont situés au centre du pays. De plus, les cibles potentielles sont multiples, à l'inverse des cas irakien et syrien. Or, la multiplications des objectifs rend naturellement impossible une concentration maximale de la force de frappe contre une seule et unique cible, de même qu'elle augmente la probabilité de pertes côté israélien. 

En dépit de ces deux difficultés majeures - le nombre et la distance des objectifs - et malgré le système défensif anti-aérien iranien, Israël dispose, sur papier du moins, de la capacité de frapper l'Iran et de le frapper durement. 

La force aérienne de l'Etat hébreu est l'une des plus modernes et des mieux équipées du monde. Selon le Military Balance de 2010, Tsahal dispose en effet des effectifs suivants : 

168 chasseurs configurés pour le combat aérien : 90 F-16A ; 16 F-16B ; 27 F-15A ; 7 F-15B ; 17 F-15C, 11 F-15D

267 chasseur-bombardiers configurés pour les attaques au sol : 25 F-15I ; 39 A-4N ; 52 F-16C ; 49 F-16D ; 102 F-16I. 

Israël dipose également des fameuses bombes GBU-28 "Bunker Buster" capable de pénétrer 30 m sous terre ou de perforer 6 m de béton armé avant d'exploser. Atout de taille dans la mesure où les installations iraniennes sont essentiellement souterraines, le site de Fordoo (où sont transférées les centrifugeuse jusque là situées à Natanz) est d'ailleurs conçu pour mieux résister aux attaques aériennes.  Il est cependant à noter que si la livraison à Tsahal de cette arme de fabrication américaine s'est accélérée au cours de ces dernières années, l'Etat hébreu s'est vu refuser l'achat de bombes GBU-39, plus efficaces et plus petites.

Israël dispose également d'importantes capacités balistiques grâce à ses missiles Jericho 1 et Jericho 2 (on parle d'une centaine de lanceur) capable d'emporter aussi bien des charges nucléaires que des charges conventionnelles. 

En conjuguant sa force de frappe aérienne avec sa force de frappe balistique, Tsahal dispose en théorie de moyens largement suffisant pour frapper les installations iraniennes. 

D'autre part, les systèmes de brouillage radar et de contre-mesure dont dispose l'aviation israélienne sont largement supérieur qualitativement parlant aux systèmes en service au sein de l'armée iranienne. Tsahal dispose donc d'un avantage technologique conséquent.

Cependant, ce n'est pas parce que Israël possède la capacité de frapper l'Iran qu'il va forcément le faire (c'est un autre débat), la guerre étant la pire des solutions.

Ce n'est pas non plus parce que Israël dispose des moyens de frapper les installations nucléaires iraniennes qu'une action militaire préventive mettra un terme au programme nucléaire de Téhéran. Selon Robert Gates et l'amiral Mike Mullen (actuel chef d'état-major de l'armée US), des frappes intensives ne parviendront pas à empêcher l'Iran de se doter de l'arme atomique mais retarderont seulement son programme de 1 à 5 ans. (il convient donc de bien définir l'objectif de ces frappes : encore un autre débat).

Enfin, ce n'est pas parce que Tsahal peut frapper les installations nucléaires iraniennes que cela ne se fera pas sans difficultés et sans risques. En dépit de l'avancé qualitative de Tsahal sur les forces de défense iraniennes, ces dernières demeurent cependant capables d'infliger des pertes aux forces israéliennes. Par ailleurs, la force de frappe israélienne devra traverser des espaces aériens arabes pour frapper l'Iran. Quels sont les pays susceptibles d'accepter une pareille manoeuvre ? Malgré l'absence de relation diplomatique avec Israël, l'Arabie Saoudite serait prête à laisser la force aérienne de Tsahal traverser son espace aérien mais rien n'est prouvé ... De plus, étant donné les rayons d'action des avions de Tsahal en service, un (voir deux selon les cas) ravitaillement(s) seraient nécessaire pour mener à bien l'opération.

De même, quelles seraient les conséquences de ces frappent ? La question peut se décomposer comme suit : 

 - Conséquences au niveau systémique (j'entends par là les conséquences sur le système international) et les répercussions sur l'ensemble de la question nucléaire iranienne ? 

- Conséquences régionales (blocage du détroit d'Ormuz ? Attaques contre les intérêts américains dans le Golfe ?, ...

- Conséquences directes pour Israël (Riposte balistique iranienne ? Attaque contre le réacteur de Dimona ?, ... ) ?

Toutes ces questions et incertitudes interviennent dans le cadre de la prise de décision concernant l'éventualité de frappes préventives dans la mesure où elles sont susceptibles de faire basculer l'analyse "coûts-bénéfices" concernant la pertinence de frappes d'un côté ou de l'autre ; ce qui nous renvoie à la question de l'intérêt politique des frappes préventives.

Cela mérite également une analyse plus poussée, ce que je tâcherai d'effectuer dans les jours qui viennent. 

11 commentaires:

  1. Bonjour.

    Connaissez-vous la vulnérabilité du système énergétique israélien (en particulier électrique) face à une riposte iranienne ?

    RépondreSupprimer
  2. Difficile a dire : je ne suis jamais tombé sur une étude traitant du sujet. Ce qui est certain c'est que - encore une fois en théorie - l'Iran devrait être capable de riposter contre Israël grâce à ses capacités balistiques. Or si la portée des missiles iraniens est suffisante, nous ne disposons pas de précisions quant à leur précision, facteur essentiel pour juger de la capacité d'une telle riposte à perturber le système énergétique israélien. De plus, Tsahal dispose de sérieux systèmes de défense anti-missiles donc j'aurais tendance à croire qu'une riposte iranienne aurait des effets limitées (sauf surprise et pour rappel, la guerre n'est pas une science exacte).

    RépondreSupprimer
  3. De plus, il est possible d'un croiseur Aegis US traine non loin des côtes de Méditerranée orientale, avec un système relativement fiable et adapté à la menace des missiles de porte moyenne et intermédiaire iraniens.

    Pour frapper le système énergétique, il y a la possibilité de passer par le Hezbollah, pour que celui-ci s'en prenne au fleuve Jourdain en le polluant par exemple.

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour,
    Pour Israël sa survie dépend certes des ses capacités aériennes. l'Iran est une menace pour l'ensemble du golfe persique. l'Arabie Saoudite et l'Iran sont en conflit pour des raisons religieuses. Si Israêl frappe l'Iran que va-
    t-il se passer.
    Est ce que l'Arabie Saoudite en profitera pour renforcer sa puissance régionale. Est ce que la société iranienne lasse de la dictature des mollahs en profitera pour faire sa véritable révolution. Qu'elle va être la position de la Turquie qui cherche aussi à renforcer sa position au Moyen Oreint. Les deux pays qui sont en situation de domination nuclèaire ce sont Israël et potentiellement l'Iran. En cas de destruction du nuclèaire iranien,Israël redevient le puissance nuclèaire dominante de la région.

    RépondreSupprimer
  5. Vos questions sont pertinentes et trouveront des réponses dans les billets que je me prépare à publier dans le courant de la semaine. Merci de votre participation,
    V.E.

    RépondreSupprimer
  6. Merci à vous Vincent Eiffling

    RépondreSupprimer
  7. http://asian-defence.blogspot.com/2011/09/saudi-arabia-eyes-pakistani-nukes-to.html#more "Saudi Arabia has been beefing up its military links with Pakistan to counter Iran's expansionist plans and this reportedly includes acquiring atomic arms from the only Muslim nuclear power or its pledge of nuclear cover. Pakistan has the fastest growing nuclear arsenal in the world. It will soon surpass the United Kingdom as the fifth-largest nuclear arsenal. " China: 'Pakistan is our Israel' http://english.aljazeera.net/indepth/features/2010/10/20101028135728235512.html Le PCC continue sa collaboration avec le Pakistan. Je n' espère pas une guerre Inde - Pakistan, mais de jour en jour, la perspective d' une guerre Pakistan - USA devient de plus en plus problématique. Le Pakistan 187 millions d' habitants possède 100 têtes nucléaires, des IRBMs, des fanatiques religieux, beaucoup de Talibans. Le PCC espére depuis des décennies que leur aide allait murir un jour. N' oublions pas que la bombe atomique pakistanaise a été construite grâce à l' aide du PCC et financé par l' Arabie Saoudite contre le pacte secret suivant: en cas de guerre Arabie Saoudite- Israel , le Pakistan fournit aux Saoudiens l' arme nucléaire avec la bénédiction du PCC avec comme alibi l' Iran chiite. J' espère un pacte Islamo Confucéen: pétrole arabe contre armes chinoises. Le Pakistan a donné des informations à la Corée du Nord pour la bombe atomique.La Corée du Nord peut faire de même avec l' Iran. La Corée du Nord a aidé l' Iran pour construire ses tunnels ce qui a aidé le Hezbollah à vaincre Israel en 2006. http://lesvertsdebagnolet.over-blog.com/article-iran-hezbollah-libanais-participe-a-la-repression-42566430.html "Hassan Nasrallah, le secrétaire général du Hezbollah est un ami d’Ahmadinejad. Ils se connaissent depuis 1987. Ils se sont rencontrés pour la première fois en Corée du Nord, alors qu’ils suivaient tous les deux une formation auprès des Services de Renseignement de KIM IL SUNG. Dix ans plus tard, alors que Hassan Nasrallah était à la tête du Hezbollah depuis 1992, Mahmoud Ahmadinejad a été le représentant au Liban de la Fondation des Martyrs, l’un des principaux bailleurs de fonds du Hezbollah." Le fait que l' egypte soit devenue une démocratie est une merveilleuse nouvelle car Moubarak était pro USrael alors que la population est pro charia, pro Jihad anti Israel, hors l' egypte possède une varie armée. Si la syrie tombe et devient démocratique, le hezbollah est perdu mais ce serait un bouleversement moral puisque les ennemis proches d' Israel seraient des démocraties .De 2 choses l' unne si l' egypte se développe , elle restera une démocratie mais d' autant plus dangereuse que développé, imaginez un Taiwan à côté d' Israel, l' enfer pour les sionistes! et si le pays patauge dans la misère, les frères musulmans prendront le pouvoir, une nouvelle RII. Il n' y a pas d' issue pour la domination totale occidentalo sioniste .

    RépondreSupprimer
  8. En ce qui concerne le Pakistan, c'est vrai que la plupart des experts en analyse des risques nucléaires le présente en effet comme la principale menace sécuritaire ... Devant l'Iran.

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour,
    Il est clair que l'un des enjeux majeurs reste l'approvisionnement pour l'occident du pétrole. Seule ressource à terme et de taile ,l'Arabie Saoudite. L'Iran et l'Irak ne participent pas pleinement à abreuver l'occident en pétrole. Une attaque occidentale alliée à Israél, scénario envisageable et remake irakien aurait des consèquences sur la région.L'Iran affaibli cela redonnerait à l'Arabie Saoudite son leadership dans la région et notamment sur le plan religieux. Les sunnites domineraient enfin le monde arabo-musulman.Du moins on peut le supposer. Mais c'est sans compter sur Le Pakistan puissance nucléaire d'abord face à son rival l'Inde.Le Pakistan qui considère l'Afghanistan comme une extenction de son territoire,est-il aussi proche de l'Arabie Saoudite rien n'est moins sûr. Il y a plusieurs façons d'observer la situation dans le golfe persique. La première qui va prendre le pouvoir dans l'espace arabo_musulman? Les iraniens,tout comme les saoudiens ou bien les pakistanais espèrent obtenir la place de leader. Le jour où l'Arabie Saoudite ne représentera plus l'unique manne energétique pour les américains et le monde occidental,de l'intérieur apparaîtront les premiers signes de factures afin de faire payer aux princes pétroliers leurs dévergondages. Les autres Etats islamisants en profiteront afin de détruire ce qui reste du régime corrompu saoudien. Nous assisteront alors à un renforcement du radicalisme islamiste d'abord dans l'idée d'épurer le modèle musulman de toutes ses corruptions et nous assisteront alors à une création d'une coalation islamo-musulmane dont on peut supposer que le Pakistan en cela aider par les taliban constituera la charnière. Tout ceux qui voudront les rejoindre comme les fréres musulmans égyptiens y trouveront le support à leur action avec à terme une réelle menace pour la paix mondiale.

    RépondreSupprimer
  10. Pour l'étude des relations entre l'Iran, l'Arabie Saoudite et le Pakistan, je vous conseille l'ouvrage de Shireen T. Hunter, "Iran's Foreign Policy in the Post-Soviet Era. Resisting the New International Order", Praeger, 2010.

    RépondreSupprimer
  11. Bonjour,

    J'aurais juste voulu savoir où avez-vous trouvé cette carte ?

    Cordialement,

    Valentin

    RépondreSupprimer