Rechercher sur Chroniques Persanes

jeudi 8 avril 2010

Nouvelle doctrine nucléaire US : Ahmadinejad menace et s'en prend à Obama...

Il n'est guère surprenant que le président iranien s'en prenne aux Etats-Unis même si dans ce cas, cela révèle un certain paradoxe... En effet, alors que les responsables iraniens s'en prennent régulièrement aux arsenaux nucléaires des grandes puissances (et plus particulièrement à celui des Etats-Unis), ceux-ci ont complètement éclipsé la signature ce jeudi à Prague du traité Start III pour se focaliser uniquement sur la nouvelle doctrine nucléaire US qu'ils dénoncent allègrement. Depuis le temps que l'Iran accuse les Etats-Unis de ne prendre aucune mesure pour diminuer leur arsenal nucléaire (en référence à l'art. 6 du TNP), ce silence et ce choix de communication démontre bien à quel point la rhétorique du régime des Mollahs se base sur une dénonciation de "l'oppresseur étranger" et sur une certaine dose de victimisation ( "ils" ont des armes nucléaires et "ils" nous empêchent de développer notre industrie atomique à des fins pacifiques)... Rien de neuf sous le soleil certes, mais pas facile d'avancer dans ce climat là... Si Obama était arrivé au début des années 2000, peut-être ses démarches auraient-elles rencontré un plus large écho auprès du gouvernement Khatami, quoi que... Le casse-tête que constitue le système institutionnel iranien aurait plus que probablement permis aux conservateurs de bloquer toutes les démarches d'apaisement.
Bref, revenons-en à notre cher Mahmoud qui n'est pas très content ...
Le président iranien a donc dénoncé ce mercredi avec virulence la nouvelle doctrine nucléaire américaine qui fait de l’Iran une exception à la règle pour le recours à l’arme nucléaire, évoquant une possible réponse “fracassante” à la politique de Barack Obama. “J’espère que les déclarations publiées ne sont pas vraies (...) . Il (Obama) a menacé (d’avoir recours à des) armes nucléaires et chimiques (contre) les pays qui ne se soumettent pas aux Etats-Unis”, a déclaré Ahmadinejad lors d’un discours prononcé dans le nord-ouest du pays et retransmis en direct par la télévision d’Etat. “Fais attention. Si tu marches sur les pas de (l’ex-président américain George W.) Bush, la réponse des nations sera aussi fracassante que celle donnée à Bush”, a-t-il ajouté.
Dans le cadre de leur nouvelle doctrine nucléaire dévoilée mardi, les Etats-Unis s’engagent à ne jamais utiliser l’arme atomique contre un adversaire qui ne la détient pas et qui respecte les règles du Traité de non prolifération nucléaire (TNP). L’Iran et la Corée du Nord font toutefois figures d’exception à la règle, a prévenu l’administration américaine. “Ce que M. Obama a dit, même M. Bush, qui a du sang sur les mains, ne l’a pas dit”, a-t-il ajouté. “Mesure un peu ce que tu fais. Sache que des gens plus importants que toi n’ont pas pu faire quoi que ce soit” contre l’Iran, a-t-il lancé à l’adresse du président américain.
De son côté, le chef de la diplomatie, Manouchehr Mottaki a qualifié la nouvelle doctrine nucléaire des Etats-Unis de “propagande”, appelant Washington à tenir sa promesse de débarrasser le monde de la bombe atomique. Il a réitéré que l’Iran, soupçonné par les grandes puissances de vouloir se doter de l’arme nucléaire sous couvert de son programme civil, ne croyait pas dans l’arme atomique et n’en avait pas besoin. M. Mottaki a également affirmé que Téhéran était toujours prêt à “un échange de combustible” pour le réacteur de Téhéran comme l’avait proposé l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA). “La proposition d’échange de combustible est toujours sur la table et nous pouvons la mettre en oeuvre”, a déclaré M. Mottaki, affirmant que l’échange pouvait se faire “dans un bref délai s’ils font preuve de volonté politique”.
Pour rappel, l’AIEA a proposé (mais le plan a été mis au point par les grandes puissances) en octobre 2009 à Vienne que l’Iran livre 1.200 kg de son uranium faiblement enrichi (3,5%) à la Russie, laquelle serait chargée de l’enrichir à 20% avant sa transformation, en France, en combustible pour le réacteur de recherche médicale de Téhéran (lequel ne peut avoir aucune application militaire, il ne peut produire que des isotopes servant dans le secteur médical). Cette proposition est soutenue par les grandes puissances. Téhéran a cependant refusé de livrer son uranium faiblement enrichi, exigeant que l’échange soit simultané et qu’il se fasse sur le territoire iranien, conditions rejetées par les grandes puissances. Le ministre a ajouté que l’Iran était prêt à stocker un millier de kilogrammes d’uranium faiblement enrichi à l’intérieur du pays sous la supervision de l’AIEA en attendant que l’échange se fasse.
Ce jeudi, Mahmoud s'en est encore pris au président américain, déclarant que : "Obama parle aux gens le langage des bombes et des balles. Ils (les Etats-Unis) ont tué plus de 300.000 personnes en Afghanistan et en Irak", a indiqué M. Ahmadinejad. "Ces actions sont contraires aux enseignements de Dieu", a-t-il ajouté.
"Quand l'ennemi dit : nous voulons imposer de nouvelles sanctions sur vous, on devrait dire : allez-y, faites-le. Bien entendu, nous n'aimons pas les sanctions (...) mais quand ils en parlent nous n'allons pas les supplier (de ne pas le faire)", a-t-il également dit.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire