Rechercher sur Chroniques Persanes

dimanche 4 avril 2010

Le Pakistan tente de convaincre l'Inde sur Nabucco en s'engageant à assurer la sécurité du tracé

Le Pakistan garantit la sécurité du gazoduc Peace censé relier par son territoire l'Iran et l'Inde, afin de convaincre New Delhi de s’impliquer dans ce projet, a rapporté ce vendredi l'agence Press Trust of India en référence au ministère pakistanais du Pétrole et des Ressources naturelles.
On ignore jusqu'à présent si l'Inde participera au chantier de cette conduite de 1.035 km de longueur et d'un coût de sept milliards de dollars. Formellement encore membre au projet, New Delhi est absent des négociations depuis trois ans, précise l'agence. De ce fait, le Pakistan proposera à l'Inde une part dans son secteur du gazoduc, pour convaincre New Delhi de l'absence de tout risque.
En janvier dernier, le vice-ministre iranien du Pétrole Nogrekar Shirazi a confirmé que la Russie était également invitée à entrer dans le projet.
L'Inde a suspendu les négociations sur sa participation au projet Peace en septembre 2008. Officiellement, New Delhi se réfère aux "problèmes" avec l'Iran et le Pakistan autour de l'établissement du prix du gaz et du transit qui ont surgi au cours de ces négociations. En réalité, affirment les experts, le problème réel réside dans les pressions politiques exercées par les Etats-Unis sur l'Inde.
Sous l'administration Bush, les relations entre New Delhi et Washington ont connu un essor considérable, au travers notamment d'un partenariat dans le domaine du nucléaire civil et de plusieurs contrats d'armement. L'Iran possède les deuxièmes plus grandes réserves en gaz au monde et l'Inde connait une croissance économique (et donc par extension, une croissance de sa demande énergétique intérieure) parmi les plus importantes au monde de ces dernières années. Si New Delhi décidait de s'approvisionner en gaz iranien, cela constituerait une bouffée d'air frais pour Téhéran dont la situation économique se dégrade de plus en plus. Ainsi, le Majlis a par exemple supprimé cette année, à l'occasion du vote du budget annuel de l'Etat, les subsides accordés par l'Etat à plusieurs produits dont certains répondent à des besoins de première nécessité. Le pain, mais aussi l'essence, devraient voir leur prix multiplié par 10 en l'espace de 5 ans.
Washington, en conflit avec Téhéran, cherche donc à faire échouer le projet qui pourrait ouvrir à l'Iran un nouveau débouché gazier.
Aux yeux des experts, la réalisation du projet sera assortie de risques sérieux: l'instabilité politique au Pakistan, notamment dans sa province du Baloutchistan par laquelle ce gazoduc doit passer.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire