Rechercher sur Chroniques Persanes

jeudi 11 mars 2010

M. Ahmadinejad emboîte le pas à R. Gates en Afghanistan et dénonce la présence américaine

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad est arrivé ce mercredi matin à Kaboul pour rencontrer son homologue afghan Hamid Karzaï alors que le secrétaire américain à la Défense, Robert Gates se trouve dans la capitale afghane.
Durant sa visite à Kaboul, ce mercredi 10 mars, M. Ahmadinejad s'en est pris aux forces de l'OTAN et critique, sans jamais les nommer, les Etats-Unis. "Nous ne voyons pas la présence des forces militaires étrangères comme une solution pour apporter la paix en Afghanistan", a déclaré le président iranien lors d'une conférence de presse commune à l'issue d'une rencontre avec son homologue afghan. "La solution passe par le contrôle de la situation par le gouvernement légal d'Afghanistan." "L'Iran ne joue pas de rôle dans l'insécurité en Afghanistan, nous avons toujours été du côté du gouvernement et du peuple afghans pour la sécurité en Afghanistan", a aussi assuré le président iranien.
Répondant à une question d'un journaliste lui demandant de commenter les déclarations de M. Gates, selon lesquelles l'Iran joue un double jeu en Afghanistan, le leader iranien a souri et dit : "La question est plutôt : que faites vous [M. Gates] dans cette région ?" "Vous êtes à 12 000 km de l'autre côté de la planète. […] Que faites-vous ici ? C'est une question sérieuse", a ajouté M. Ahmadinejad. "Vous êtes là pour arrêter les terroristes ? Si vous êtes là pour une autre raison, vous devez avoir le courage de le reconnaître."
L'Iran a réclamé à plusieurs reprises le retrait des forces américaines et étrangères d'Afghanistan, dont la présence selon lui entretient la résistance des talibans.
"Ils (les Iraniens) veulent que le gouvernement afghan soit amical à leur égard mais ils ne veulent pas que nous réussissions", avait estimé pour sa part M. Gates à son arrivée à Kaboul
D'autre part, en juin 2009, M. Gates avait accusé l'Iran de jouer un double jeu en se disant l'ami du gouvernement afghan tout en envoyant des armes aux insurgés qui attaquent les soldats de l'OTAN. Le président iranien accuse les Etats-Unis d'utiliser le terrorisme (et les attentats du 11 septembre) comme "excuse" pour justifier la présence des 121 000 soldats étrangers. "Ils l'ont planifié, leur ont donné de l'argent, leur ont fourni un soutien en renseignements", a déclaré le leader iranien en référence aux talibans et à Al-Qaida (pour rappel, M. Ahmadinejad a mis en doute samedi dernier la véracité des attentats du 11 septembre, arguant que les membres du réseau Al Qaïda étaient bien incapables de mettre sur pied une telle opération et qu'il s'agissait selon lui d'une opération menée par les services de renseignement américain... Théorie du complot quand tu nous tiens...). Dans la matinée, Robert Gates a indiqué que les Etats-Unis souhaitaient que l'Afghanistan ait "de bonnes relations" avec tous ses voisins.
Téhéran et Washington, malgré leur antagonisme, ont le même intérêt à empêcher le retour au pouvoir des talibans, mouvement sunnite hostile aux Occidentaux mais aussi aux chiites iraniens qui a gouverné l'Afghanistan de 1996 à 2001 avant d'être chassé du pouvoir par la coalition militaire internationale créée après les attentats du 11-Septembre.
L'Iran a des relations étroites avec l'Afghanistan, pays voisin. Il accueille notamment plusieurs millions de réfugiés afghans chassés par les conflits incessants qui ont ravagé leur pays depuis 30 ans.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire