Rechercher sur Chroniques Persanes

lundi 1 mars 2010

Les Etats-Unis annoncent une réduction "spectaculaire" de leur arsenal nucléaire


Selon une information du New York Times et reprise par Le Monde, l'administration du président Obama prépare un plan stratégique d'adaptation de la doctrine US de dissuasion nucléaire. Cette reconfiguration s'annonce comme la première depuis 2002 et porterait sur "plusieurs milliers" d'ogives. Selon cette information, cette nouvelle doctrine s'accompagnerait d'un rôle accru pour les forces militaires conventionnelles et d'un abandon des "bunker buster" défendus par le président Bush.

Le "rôle accru pour les armes conventionnelles" se traduirait par l'élaboration d'armes de forte puissance mais non nucléaires, dites "Prompt Global Strike" (frappe mondiale immédiate) selon le New York Times. Ces armes, tirées des Etats-Unis, devraient être capables de frapper n'importe où dans le monde dans un délai d'une heure. Parmi leur utilisation possible figurerait des attaques contre "la direction d'Al-Qaida dans les montagnes du Pakistan", ou "contre un lancement de missile imminent en Corée du Nord".

Cette nouvelle doctrine se voudrait un premier pas vers la concrétisation des déclarations d'intentions émises par le président Obama lors de son discours à Prague le 5 avril 2009 ; discours qui lui valu d'être auréolé du Prix Nobel de la Paix 2009.

Parmi les conséquences éventuelles de cette nouvelle doctrine sur la question nucléaire iranienne, signalons qu'une réduction massive de l'arsenal américain contrarierait la légitimité de l'un des principaux arguments iraniens à charge des Etats-Unis, à savoir leur "non respect" du TNP au regard de l'art. VI de ce dernier (du point de vue occidental, cet article constitue une obligation de négociations et non de résultats, ce qui n'est évidemment pas l'interprétation faite par la république islamique).
Autre point important : l'abandon probable des bunker buster. Ces derniers constituent pourtant un facteur important de l'arsenal américain dans l'éventualité de frappes américaines sur les installations nucléaires iraniennes profondément enterrées dans la montagne...

Photo : Barack Obama à Prague, le 5 avril 2009.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire