mardi 2 mars 2010

Le régime iranien s'attaque à nouveau aux quotidiens réformateurs

Selon une information de l'AFP relayée par Le Monde, le principal quotidien réformateur iranien, Etemad, ainsi qu'un hebdomadaire contrôlé par la famille de l'opposant Mehdi Karoubi ont été interdits de publication jusqu'à nouvel ordre par les autorités iraniennes, a rapporté ce lundi 1er mars l'agence officielle ISNA.
"La commission de la surveillance de la presse a interdit Etemad ("Confiance") et transmis le dossier à la justice pour des violations répétées", a indiqué ISNA. La même instance a par ailleurs révoqué la licence de l'hebdomadaire Iran dokht ("La fille de l'Iran"), propriété de la femme et d'un fils de M. Karoubi, pour "non-conformité avec la loi sur la presse", a précisé l'agence.
De nombreuses publications liées au mouvement réformateur ont été fermées, principalement à la suite de la réélection contestée du président ultra-conservateur Mahmoud Ahmadinejad le 12 juin 2009.
Plusieurs milliers de personnes ont été arrêtées pour leur participation au mouvement de contestation. La plupart ont été libérées mais plusieurs centaines, notamment des dizaines de responsables réformateurs, de journalistes et de militants des droits de l'homme, sont toujours en prison.

Photos : M. Karoubi et sa femme Fatemeh Karoubi.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire