lundi 15 mars 2010

La lutte pour le cyber-espace continue en Iran

La magie d'internet étant arrivée jusqu'à mon hotel, je peux donc continuer à alimenter le blog, quoique de façon peut-être plus sporadique :-).
Voici donc une news qui a déjà été postée par différents sites et blog mais que je me devais tout de même de mentionner :-).

Les autorités iraniennes ont arrêté, samedi 13 mars, trente membres d'un groupe qui serait lié au mouvement d'opposition en exil. Pour Téhéran, ceux-ci auraient tenté de "lancer une guerre psychologique" contre l'Iran sur Internet.
Le groupe est accusé d'avoir permis "aux Iraniens d'accéder à l'Internet en court-circuitant les systèmes de filtres officiels". Selon les autorités, ce groupe aurait ainsi "lancé une guerre psychologique contre la République islamique, organisé et encouragé le peuple à participer à des rassemblements illégaux, rassemblé des informations sur des scientifiques nucléaires qu'ils ont transmis à des agences d'espionnage américaines".
"Ce réseau qui communiquait sur l'Internet comprenait des membres de l'organisation des Moudjahidines du peuple (OMPI) et des monarchistes", ont aussi indiqué les services du procureur général dans un communiqué cité par l'agence de presse FARS.
L'OMPI, principal mouvement d'opposition armée iranienne en exil et classé dans la liste américaine des organisations terroristes, aurait déjà transmis à Washington des informations sur le programme nucléaire iranien, soupçonné de cacher un volet militaire. L'Iran dément régulièrement vouloir se doter de l'arme atomique.

LES ÉTATS-UNIS MIS EN CAUSE

Les fonds dont bénéficiait ce réseau "ont été alloués par l'administration de George W. Bush pour lancer une cyber-guerre contre l'Iran", assure le communiqué. Selon la chaîne officielle de télévision en anglais Press-TV, 50 millions de dollars (36,5 millions d'euros) auraient été alloués par la CIA et le département de la défense américain pour diverses opérations de ce type.
La majorité des membres de ce groupe ont été arrêtés en Iran, mais "Interpol a été informé afin d'agir contre ceux vivant aux Etats-Unis", a aussi précisé le parquet. D'après Press-TV, l'un des deux responsables de ce groupe est Ahmad Batebi, un militant étudiant qui a fui la République islamique en 2007, après avoir purgé une peine de neuf ans de prison après les émeutes étudiantes de juillet 1999.
Il n'est pas inutile de rappeler qu'il y a quelques mois, le Guide suprême a ordonné la constitution d'une unité d'élite chargée de réprimer la cyber-contestation, en réaction à l'utilisation sans cesse grandissante d'internet et des réseaux de socialisation au sein du mouvement de contestation "vert" apparu à la suite de l'élection controversée du 12 juin dernier.
Depuis lors, chaque journée symbolique est le théâtre d'une lutte indirecte entre les pro-Moussavi et les pro-Ahmadinejad pour l'appropriation symbolique de la journée au nom de son mouvement. Dans ce cadre, des perturbations sur le réseau internet sont venues perturber les communications au sein des mouvements de contestation, ce qui a passablement compliqué leurs efforts logistiques et leur coordination.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire