dimanche 21 mars 2010

Ali Khamenei : les ennemis de l'Iran ont cherché à provoquer une "guerre civile" et "complotent" contre la république islamique

Le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, a déclaré aujourd'hui que les ennemis avaient cherché à provoquer une "guerre civile" en Iran après l'élection présidentielle controversée de juin.
"Les ennemis voulaient diviser la nation iranienne (...) et provoquer une guerre civile, mais le peuple iranien était vigilant", a déclaré le guide suprême, dans un discours à Machhad (nord-est) retransmis à la télévision.
"S'ils avaient réussi, les Etats-Unis et le régime sioniste auraient envoyé leurs forces dans les rues de Téhéran (soutenir les manifestants de l'opposition, ndlr), mais ils ont compris que cela leur porterait tort. Les dirigeants des pays oppresseurs (occidentaux) ont alors commencé à faire de la propagande pour soutenir les fauteurs de trouble", a-t-il dit.
Il faisait allusion aux manifestations parfois violentes qui ont suivi l'élection controversée du président Mahmoud Ahmadinejad. Ces violences ont fait des dizaines de morts alors que des milliers de personnes ont été arrêtées dans les mois qui ont suivi la présidentielle du 12 juin dernier.
Au cours de ce même discours, le guide suprême s'en est également pris au président américain, accusant ce dernier de "complot" contre la république islamique :
"Vous ne pouvez pas exprimer votre de désir de paix et d'amitié et dans le même temps comploter (contre la République islamique d'Iran, ndlr) et croire que vous pouvez porter atteinte à la nation iranienne", a déclaré le numéro iranien à l'adresse du président Obama.
Cette déclaration intervient deux jours seulement après les voeux adressés par Barack Obama à la nation iranienne à l'occasion de la fête du nouvel an iranien. Le président américain avait précisé à cette occasion que "la proposition de dialogue tient toujours" et il avait également dénoncé l'attitude du régime des Mollahs, arguant que "Au cours de l'année passée, c'est le gouvernement iranien qui a choisi de s'isoler lui-même, et fait le choix d'une focalisation auto-destructrice sur le passé plutôt qu'un engagement à bâtir un avenir meilleur".

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire