mardi 12 janvier 2010

Iran : attentat à Téhéran sur un universitaire attaché au programme nucléaire

N'ayant pas le temps pour le moment d'écrire un article sur ce sujet, ni d'en effectuer une analyse, je reprends telle quelle une dépêche de l'AFP concernant les faits. Dans les semaines à venir, j'écrirai une note sur les défections de plusieurs chercheurs iraniens attachés au programme nucléaire de Téhéran.
Selon AFP :
Un scientifique nucléaire iranien de renom a été tué mardi dans un attentat attribué par l'Iran à Israël et aux Etats-Unis, au moment où Téhéran est sous pression de la communauté internationale pour sa politique nucléaire.Massoud Ali Mohammadi, 50 ans, professeur de physique nucléaire à l'université de Téhéran, a été tué dans la matinée par l'explosion commandée à distance d'une moto piégée alors qu'il quittait son domicile à Téhéran."Les premiers éléments de l'enquête montrent des signes de l'action maléfique du triangle +Etats-Unis, régime sioniste et leurs mercenaires+", a accusé le porte-parole des Affaires étrangères iraniennes, Ramin Mehmanparast."Ces actions terroristes et l'élimination de savants nucléaires du pays n'empêcheront certainement pas le programme nucléaire de l'Iran mais vont l'accélérer bien au contraire", a-t-il ajouté."Les accusations d'implication des Etats-Unis sont absurdes", a répondu Mark Toner, un porte-parole de la diplomatie américaine à Washington, repris ensuite mot pour mot par le porte-parole adjoint de la Maison Blanche.Selon le procureur de Téhéran, une enquête a été ouverte et "pour le moment aucun suspect n'a été arrêté".L'Iran est menacé de nouvelles sanctions internationales pour son programme nucléaire, dont les Occidentaux craignent qu'il ne vise à le doter de l'arme atomique en dépit des dénégations iraniennes répétées.A New York, un diplomate a annoncé la tenue samedi d'une réunion des directeurs politiques du groupe des six (Etats-Unis, Russie, Chine, Allemagne, Royaume-Uni, France) chargés du dossier du nucléaire iranien, à la mission de l'Union européenne à l'ONU pour évoquer d'éventuelles nouvelles sanctions.Téhéran a accusé en décembre les Etats-Unis et Israël d'avoir enlevé un autre physicien nucléaire, Shahram Amiri, disparu en mai 2009 en Arabie saoudite. Washington avait alors refusé de commenter cette accusation."D'un côté, le gouvernement américain enlève des Iraniens dans des pays tiers pour les transférer aux Etats-Unis et de l'autre leurs agents vendus en Iran assassinent un citoyen érudit", a indiqué le gouvernement iranien dans un communiqué cité par l'agence Fars."Les services de renseignements et de sécurité essaieront d'identifier et d'arrêter les responsables de ce crime et de montrer au grand jour leurs soutiens étrangers", a-t-il ajouté.M. Mohammadi était spécialiste en physique des particules, selon l'un de ses étudiants. Il avait travaillé avec le Corps de Gardiens de la Révolution (Pasdaran), fer de lance des forces armées iraniennes, lors de la guerre contre l'Irak (1980-88) et jusqu'en 2003.Il continuait à enseigner à l'université Imam Hossein des Pasdaran à Téhéran, a précisé un communiqué du Bassidj, la milice islamique qui relève des Pasdaran, le présentant comme "un professeur bassidji", ou membre de la milice.M. Mohammadi figurait à ce titre sur une "liste des personnes faisant l'objet de sanctions de la part des instances internationales" pour leur rôle dans la politique nucléaire, a dit l'association des étudiants du bassidj de l'université de Téhéran dans un communiqué.De son côté, la télévision officielle iranienne en arabe Al-Alam a avancé que l'attentat pourrait "avoir été commis par les +hypocrites+ (l'Organisation des Moudjahidine du peuple, ndlr)", éventuellement après avoir été "planifié par le régime sioniste". A Paris, ce groupe d'opposition a démenti.Néanmoins plusieurs sites d'opposition ont affirmé que le scientifique avait, lors de la présidentielle de juin, signé une pétition d'universitaires en faveur de Mir Hossein Moussavi, rival malheureux du président Mahmoud Ahmadinejad dont il est devenu le principal opposant.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire